L'Atelier Informatique – Référencement – Création de sites

Conseils et Formation pour créer votre site et assurer son référencement

L'Atelier Informatique – Référencement – Création de sites Rotating Header Image
Vous êtes ici: Accueil » Méthode » Le Nofollow : distiller inutilement son page Rank

Le Nofollow : distiller inutilement son page Rank

Article écrit le | 15 février 2009 | Pas encore de commentaire

Nofollow est un attribut que l’on rajoute sur un lien hypertexte afin que si un programme lit la page contenant ce lien, l’indice de notoriété (Page Rank) du site vers lequel pointe ce lien ne sera pas affecté (en bien) !

Exemple de lien en dur : <a href= »adressedusite »></a>
Exemple de lien avec Nofollow :<a href= »adressedusite » rel= »nofollow »>Anchor Text</a>

J’ai atteint un certain niveau de notoriété et je choisis de ne pas dispatcher cette notoriété aux sites vers lesquels je fais des !
Vous ne voyez pas un bug dans la réflexion là : je mes sers de ressources qui sont à l’extérieur de mon , je profite, par le biais de l’hypertexte, de ces ressources mais je ne veux rien redonner en échange !

Quelque soit ma décision en la matière, follow ou nofollow, dans un cas comme dans l’autre, je n’ai rien à gagner ou à perdre ! Les pages cibles bénéficieront simplement d’une part infime de notoriété de ma page (en rapport avec son PR et le nombre de liens sur cette page) et mon sera inchangé

Ajouter Nofollow à vos liens entache simplement le phénomène de réciprocité entre les pages , mais si on compare le PR à un flux d’énergie, appliquer le nofollow revient accumuler la notoriété que récupère mon site par le biais de liens entrant (qui proviennent d’autres sites) et de la stocker sans en faire bénéficier les sites vers lesquels j’établis des liens externes. Je stocke cette notoriété et je la contemple et c’est beau ! Au mieux je me dis que je peux ciseler mon maillage de liens internes.

Trève de sarcasmes, il est un fléau que le nofollow pourrait permettre de contrer : celui du spam de commentaires; en effet, en autorisant les liens vers des sites internet externes dans mes commentaires, je colmate une fuite de mon précieux PR (le Google Juice) vers ces sites, sans rien faire gagner en terme de notoriété pour quelqu’un qui met en commentaire : « Nice Website – in my RSS now », mais cette réponse n’est pas la plus adaptée : on pourrait préconiser la modération par les administrateurs, l’utilisation de Captcha…

De plus un commentaire pertinent à un de mes articles m’oblige vis à vis de la personne qui l’a déposé, c’est la moindre des politesses que d’autoriser une petite réciprocité qui ne me coute finalement rien.

Au final, il y a beaucoup de raisons (13) qui me permettent de fonder un gros doute sur le nofollow.

Google+-

Commentaires