Le Référencement : une manne pour les gourous de l’Internet

Tous les jours mes stagiaires me remontent des offres formidables de référencement, vous trouverez ici une compilation de tous les arguments utilisés en la matière par ces nouveaux gourous de l’, je tente de donner une explication après chaque affirmation quand le besoin s’en fait sentir.

  1. L’expert en référencement vous garantit-une position sur . Dis comme ça, l’affirmation est stupide, une position sur Google ne se justifie que par une requête que vont taper (si possible régulièrement) les internautes.
  2. L’expert en référencement n’a pas besoin de connaître votre site, il a un service technique super compétent qui va s’en occuper : Vous avez affaire à un commercial, bonne chance pour vous en dépatouiller, généralement, ils sont bons… en vente.
  3. L’expert en référencement va booster votre visibilité donc votre trafic : vous allez avoir enfin une reconnaissance numérique, je sens que votre égo est flatté, mais maintenant, que votre trafic fasse un bon de 900 %, si ces visites ne vous apportent rien en conversion, ce sera juste une facture plus élevée pour votre hébergement.
  4. L’expert en référencement vous garantit-un Page rank pour votre site : Cet indice de notoriété, utilisé par Google, mesure la popularité d’une page, non d’un site, un PR élevé consacre une grande transmission de popularité de votre page, à court terme ce n’est pas un objectif valable.
  5. L’expert en référencement vous propose une de soumissions dans 10 000 annuaires, ou un système de visibilité par pack (1000, 500 annuaires, …) : pour bien comprendre, la stupidité de cette proposition, je peux vous proposer de faire figurer une (petite) mention de votre site (que vous m fournirez), dans un grand quotidien pour seulement 2000 € qui tire à 3 millions d’exemplaires. Alléchant ? Si je rajoute que le quotidien est en chinois, que ce sera simplement une petite annonce en français, ça l’est beaucoup moins !
  6. L’expert en référencement a une expérience de plus de 15 ans sur Google: prenez en soin, vous avez affaire à des précurseurs, ils ont inspiré Larry Page et Serguei Brin.
  7. Votre expert en référencement est compliqué à comprendre et toute cette technique vous dépasse : c’est dommage, il vous vend un truc que vous ne comprenez pas, êtes vous sûr que lui vous comprend ?
  8. Votre expert en référencement vous propose un abonnement à l’année, reconductible tacitement : vous avez sûrement compris que le référencement est une affaire de long terme : aucun résultat avant 6 mois, mais des rapports de positionnements mensuels, vérifiez bien les modalités de non-renouvellement…
  9. Aucun transfert de compétence n’est prévu par votre expert en référencement, le référencement est une technique ultra compliquée, qui implique des sacrifices rituels au dieu Google et si l’expert en référencement vous mettait au courant, il serait obligé de vous supprimer par la suite.
  10. Votre expert en référencement ne s’est pas intéressé à votre corps de métier : on connaît, on sait faire, on en a fait déjà plein des comme vous. D’ailleurs, votre expert en référencement vous propose un audit où sont listés les principales failles de votre site actuel.
  11. On vous demande une liste de 15 mots clés, bon allez 20 à parce que vous avez bien négocié.
  12. L’email que vous avez reçu avant d’entrer en contact avec votre expert en référencement était précédé de la mention ***SPAM***  et à la fin : ce message a été envoyé avec la version gratuite de XXX
  13. Le site de votre expert en référencement est en construction (ou plein de pages 404), mais les termes utilisés sont très engageants et le lien vers lycos, le compteur de visites fonctionnent bien.
  14. Il y a un truc que vous ne comprenez pas lorsque vous tapez l’url de votre expert en référencement, on arrive sur perso.wanadoo.fr/site-de-julien-le-fils-du-comptable/ : là c’est un vrai pro, un winner du SEO.
  15. Votre expert en référencement vous présente plein de références flatteuses pour lui mais son email est expert référencement@gmail.com (si vous avez le temps, listez le nombre d’erreurs possible sur cette adresse mail)
  16. On vous propose un pack tout en un : sans souci, vous ne faites que le chèque ! Votre expert en référencement insiste sur le fait que pour que vous soyez présent sur , il vous faut un site (C’est un bon début). Comme votre site n’existe peut-être pas encore, le package en comprend un qui comptera au moins 5 pages (Acceuil – Produits – Nous Contactez – l’equipe – historique de la société), sans avoir abordé le contenu, il est sûr que votre site sera au top sur google ! (Les fautes sont volontaires).
  17. La prestation est gratuite : seules les options sont payantes, généralement c’est là que c’est le plus cher, mais en 36 mensualités de 75 euros, c’est sans douleur.
  18. Votre expert en référencement est intraitable Le référencement : c’est Google. On mise tout dessus,
  19. Votre expert en référencement a besoin que vous hébergiez votre site sur son serveur, il faut aussi transférer les noms de domaines car il doit avoir accès au DNS en temps réel.
  20. Votre expert en référencement est le dernier qui vous a parlé, il est donc celui qui a raison, faites lui confiance.

La solution : Prenez des avis autour de vous, et des différents prestataires auxquels vous êtes confrontés, si c’est opaque, posez les questions, si ça le reste, allez voir ailleurs.
Avant même de chercher à négocier le prix, faites vous expliquer le type de prestations que vous achetez et prévoyez un budget à moyen terme et surtout planifiez !

Tous les jours, nous sommes confrontés à ce type d’individus qui ne cherchent qu’à nous vendre une prestation pourrie, et comment dire, en 2010, j’ai plus envie de laisser passer. Aussi, si vous avez eu affaire à ce type d’expert, n’hésitez pas à poster un .

PS : Si vous vous sentez visés par cet article, n’hésitez pas à me laisser un commentaire, je vous assure que je ferai un lien efficace vers votre site en soignant tous les attributs.

Donnez une note

32 thoughts on “Le Référencement : une manne pour les gourous de l’Internet

  1. Pour la défense des agences, parfois les commerciaux ne savent pas ce qu’ils vendent…
    En posant ces 20 questions, on peut avoir une idée de la qualité de son interlocuteur 🙂 mais pas forcement du référenceur qui travaille pour l’interlocuteur

  2. Tout est tellement vrai.

    La différence entre un commercial dans une agence de référencement et un vendeur de voitures ?
    Le vendeur de bagnoles lui, au moins, sait ce qu’il vend.

    Et à l’instar de ce que disait Pasqua : les promesses n’engagent que ce qui y croient.
    Mais après faut toujours passer à la caisse.

  3. Merci pour votre commentaire. Pas tout à fait d’accord ! Comme dirait le philosophe Philippe Lucas :  » Une belle fille, même si elle est mal habillée, ça reste une belle fille; un boudin, même bien habillée, c’est un boudin. »
    Pour moi l’expert en référencement ce n’est pas simplement le commercial (qui n’a pas forcément le droit de ne pas connaître ce que sa société commercialise) mais la société dans sa globalité qui surfe sur le flou du référencement pour annoncer n’importer quoi !
    Passez une requête référencement sur Google et jetez un coup d’oeil (dans les Adwords bien sûr) à ce que proposent les autoproclamés « Pionniers du référencement », et dans ce cas, c’est pas la boite à momo !
    Et pour moi le pire, c’est qu’il doivent en vendre des tonnes !
    Et pour finir avec les citations, une que j’adore d’André Pousse : “Ce n’est pas parce qu’il y a écrit Bénédictine sur les chiottes que c’en est”

  4. Excellent !
    Même si ce type d’article reprend toujours les bonnes vieilles blagues, on oublie parfois que nombre de clients crédules plongent sur ce type d’offres. J’avais moi même commis un billet sur ce sujet : http://blog.axe-net.fr/choisir-un-referenceur/
    Il est bien moins amusant que le votre, mais les recettes des rois de l’esbroufe y sont aussi reprises.

    A titre personnel, ce qui m’amuse le plus, c’est la réception de ce type de mail dans les agences de ref. Ca c’est du marketing ciblé 😉

  5. Au téléphone, ça le fait aussi ! Surtout quand le pauvre opérateur de phoning essaie désespérément de trouver une bonne réponse dans son argumentaire.

  6. Très bon article qui me fait sourire. J’ai passé 3 ans dans une agence SEO (coté opérationnel) et beaucoup de remarques sur les techniques commerciales me rappellent des choses…
    Pour la petite anecdote (pas pour défendre les agences mais comprendre qui sont les clients et notamment les interlocuteurs sur les projets) : « Bonjour monsieur le client, nous avons généré 2000 clics vers votre site, depuis les résultats naturels des moteurs de recherche. », question du client : « ok mais des clics gauches ou des clics droits ? »… no comment 🙂

  7. 3. Des sites de plusieurs millions de vu/mois achètent du trafic non qualifié pour le revendre sous forme de CPM et en tirent un bénéfice, donc votre remarque n’est pas valable.

    6. 2009 – 15 = 1994
    Lancement de Yahoo en février 1994, et les premiers annuaires.
    Donc on pouvait faire du référencement en 1994.

    18. Vaut mieux ca qu’un expert réseaux sociaux, buzz marketing ou autres conneries à la mode non? La règle du 80-20 s’applique bien à Google d’ailleurs.

    Pour moi les critères ne seraient pas du tout ceux cités dans l’article !!

  8. Aussi, si vous avez eu affaire à ce type d’expert, n’hésitez pas à poster un commentaire.

    -> En voici un beau : Ooops edit : Je préfère que vous présentiez simplement ses arguments, autant faire en sorte que cela ne tourne pas à la délation, merci Jean-Baptiste

  9. Je suis totalement d’accord avec ces affirmations!
    Quoi, ce n’était pas le but de ce billet?!

    Plus sérieusement, il y a des escrocs partout, le mieux est de contacter plusieurs agences, plusieurs référenceurs, en général, on repère assez facilement le menteur.

  10. Bonsoir et merci pour vos commentaires. Enfin Paul et Mike qui pointent leurs nez (c’est le week-end, on se lache).
    Pour répondre spécialement à Nicolas
    3 : et je ne pense pas que ce soit l’objet du référencement, c’est un peu comme si un garagiste ( j’ai tendance à me documenter 😉 ) venait voir un banquier pour avoir un prêt pour acheter un atelier plus grand et que le banquier lui conseille de plutôt placer cet argent sur le marché des valeurs pétrolières, le garagiste ce qu’il veut, c’est un garage plus grand, plus beau, plus visible et les tendances de la Bourse, ça lui passe à 15000 m). Un garagiste qui vient pour un référencement de son site internet préférera une prestation qui lui permettra de sortir du lot pour la requêtes « spécialiste voitures anglaises » qu’une belle machine infernale destinée à monétiser son site avec résultat garantis dans les 36 mois.
    4 : 1994, il y avait des moteurs de recherche, Webcrawler, Infoseek, Lycos, Magellan, Altavista (le premier à traiter les liens)… mais à cette époque, ces outils de recherche balbutiaient, et il était impossible d’avoir des résultat fiables. On raconte même que lorsqu’on tapait Inktomi dans le champs de recherche d’Inktomi, il était incapable de se trouver, alors parler de référencement à cette époque.
    Le cas Yahoo : effectivement, il y avait aussi Yahoo, vachement en avance, il faisait même de la sémantique pour la bonne et simple raison que c’était une équipe d’éditeurs qui faisaient la sélection des sites, on se demande pourquoi ce n’est plus le cas.
    Mais vous avez raison, le premier livre qui traitait de référencement « A webmaster’s Guide to Search Engines » a effectivement été publié en 1995 par Danny Sullivan (surement sur les conseils avisés des nos experts en référencement qui maîtrisaient déjà le concept).
    18 : Google est en effet difficilement contournable, mais le SEO c’est aussi faire avec les autres. Quant à votre remarque sur le « expert réseaux sociaux, buzz marketing ou autres conneries à la mode », j’ai cru lire une petite rumeur sur le Social Media Optimisation, mais ce doit être une chimère.
    Plus sérieusement, si vous pouviez m’indiquer vos critères…

  11. Bonjour,

    je me suis fait avoir il y a 10 ans par un « expert » pour la création de mon site (15000 Frs pour une page d’accueil non finie), ce qui m’a obligé à me plonger dans le référencement naturel et à créer mes propres sites avec dreamweaver et autres…; comme quoi à quelque chose malheur est bon !!!
    En tout cas, c’est grâce aux forums et aux conseils avisés délivrés sur ceux-ci que j’ai réussi; pour tout ceci, merci à tous et continuez à nous enrichir de vos conseils

    Cordialement, Emmanuel

  12. D’où l’intérêt de passer par un indépendant. Pas de commercial, le client s’adresse directement à celui qui va référencer son site.

  13. c’est un bel article, mais je pense qu’aujourd’hui les « faux expert SEO » vont maintenant un peu plus loin que ça, et pour les détecter quand on est novice, j’imagine que c’est assez compliqué.

  14. Ah oui effectivement là on a bien tout listé, je ne vois rien à ajouter et j’ai souris à chaque point 🙂 Billet très sympa!

  15. Ah ah assez drôle 🙂

    Le problème c’est que si les gens commencent à s’intéresser aux référencement, ils ne sont pas forcément capable de mesurer son impact, ni sa valeur, ni son coût.

    Je me souviens d’une avocate spécialisée dans les ruptures de mariage, elle voulait être visible à « avocat paris ».

    Je lui ait dit qu’il n’y avait pas d’intérêt à être à cette requête, mais qu’il y avait des choses à faire dans sa spécialité.

    Je lui dis à la louche (cela m’évite de faire des propales pour rien) 5k€ MIN pour Refonte du site+SEO+SMO, pas cher, mais je connaissais son mari.

    Et là elle me dit que ca va être vraiment trop cher et que son prestataire lui proposait un référencement sur Google, Yahoo, MSN, Lycos (sic)… avec une définition des mots-clés avec Overture. J’ai beau lui dire qu’Overture n’existait plus et que s’intéresser uniquement aux Titles et Metas, n’allait pas suffire et ne servait à rien. Je pense qu’elle a préféré sa prestation à 500€ 😀

    As-t-elle imaginé le coût du SEO par rapport à l’offre ou par rapport à ce que cela allait lui rapporter ? Je ne sais pas.

    Pour continuer à rire sur les SEO :
    http://www.seo-fail.com/coup-de-gueule/les-seo-le-bon-le-truand-et-le-bisounours.shtml

  16. @ Keeg : Effectivement ça peut être compliqué, mais un point super important que j’aborde en formation c’est la compréhension du phénomène du référencement ! Le meilleur d’éliminer le faux expert c’est d’écouter ce qu’il raconte et de lui demander d’expliquer quand on ne comprend plus. Il ne s’agit de se faire dévoiler toute la technique mais éviter le petit côté recette magique, il n’y a rien de magique sur un référencement réussi, une bonne connaissance de la théorie évite les hasards heureux ou malheureux, mais c’est avant tout du travail.
    @ Matthieu : un bon indépendant fonctionne au réseau et au bouches à oreilles, je ne rencontre pas beaucoup de problème lorsque je vais en rendez-vous pour des « petits » clients : une de mes premières recommandations est de ne pas me faire aveuglément confiance et de vérifier les informations que je leur donne (ça donne toujours d’assez bon résultats et ça oblige le prospect à se positionner par rapport aux autres prestataires). Maintenant, pour ce qui concerne les « gros », c’est un peu plus compliqué, on peut pêcher par un manque de pratique commerciale, mais avec un bon planning, une bonne démonstration du travail, la transmission du savoir ça passe.
    @ Alex : la première chose qu’ils comprennent, si ce n’est pas le coût, c’est le temps à passer ! Et là,on peut faire tout ce que l’on veut une journée ne compte que 24 heures et les théories de Ricardo sont un avantage pour les professionnels.

  17. En tant qu’expert en référencement autoproclamé je m’insurge contre les propos tenus dans l’article. Vous faites de la mauvaise publicité à notre noble profession.

    Sans blague: Arnaques il y a, arnaques il y aura. C’est malheureux mais les gens cherchent toujours la solution miracle et la poudre de perlimpinpin qui les positionnera au top sans rien changer dans leur site pourri. Et il y aura toujours des profiteurs pour… profite.

  18. Des gens comme ça, j’en fréquente tous les jours, et ce petit portrait humoristique au second degré m’a bien fait rire (aux larmes en tout cas). Un grand merci 🙂

  19. J’aime bien le côté humoristique de l’article. Effectivement, les arnaques sont légions dans un domaine qui est encore relativement tout jeune; le marketing en ligne…

  20. Très drôle car ça indique bien la difficulté du référencement donc, de l’opportunité pour certains à vendre quelque chose de très obscur…

    Le référencement est devenu très technique, de plus en plus technique.

    Quand quelqu’un me demande de lui expliquer le référencement, je lui dis que c’est comme dans la cuisine, un plat pour qu’il soit bon, doit avoir le juste dosage de sel, de poivre, la viande bien choisie, les épices mesurées et surtout le faire mijoter. Ça prends du temps certes mais au long terme nous allons pouvoir déguster un plat exquis.

    Un plat trop salé, trop fort en arômes n’est pas bon a prendre. Les référenceurs qui vendent du vite, font des plats rapides qui vont être indigestes ou qui n’auront aucun gout, et surtout on va les oublier au long terme.

    Les (bons) référenceurs ont toujours leurs petits ingrédients qui vont ajouter petit à petit pour corriger le gout, l’arôme et qui avec le temps va donner quelque chose digne d’une haute cuisine.

    D’ailleurs, vous connaissez la différence entre un référenceur et Madame de Fontenay? Aucune. Pour l’un ou pour l’autre leurs chapeau ne sera jamais complètement noir ni complètement blanc…

  21. Merci pour cet article amusant.

    Je me souviens d’un client éloigné qui nous avait confié le référencement de son site il y a plusieurs années, il a fait une refonte complète de son site quelques temps après. Il a alors demandé à une agence locale de travailler sur son référencement.
    Là j’ai vu que la prestation était en fait une campagne adwords qu’on lui a vendue comme un référencement naturel. Le nouveau site n’avait plus rien d’optimisé et s’est effondré dans les serps.

  22. @Jean-Baptiste, je suis d’accord avec ton analyse.
    Il est clair qu’on ne peut faire confiance aveuglément à personne, il faut se fier aux résultats, au feeling qu’on avec le référenceur, demander plusieurs offres et les comparer.
    Très récemment, un client m’a di qu’il avait passé 5 000 € dans le référencement l’an dernier en passant par une grosse boite de référencement. Un an après son trafic a augmenté de 10 visiteurs par mois (ridicule donc). En approfondissant avec le client, la grosse boite a optimisé le site (ca leur a pris 4 mois) et lui ont donné une liste d’annuaire où il pouvait inscrire son site lui-même.
    Donc au final, il se retrouve avec un site optimisé, pas un seul lien de créé, donc pas de trafic supplémentaire et 5000€ de trous dans son budgets.
    C’est naturellement qu’il s’est tourné vers un indépendant cette année, en comparant une dizaine d’offres.

  23. Merci pour tous vos commentaires. Il y a quand même un truc qui m’étonne, je vois que les commentaires sont surtout laissés par des travailleurs indépendants ou de petites structures. Dans tous les blogs dédié SEO que je fréquente, je ne vois jamais d’intervention de référenceurs de « grosses boites « . Je vous passer leurs devis mais rien d’autre. Selon vous ils restent simplement à l’écoute ?

  24. [Je me permet de réagir plus par rapport aux commentaires qu’au billet]

    Je travaille dans une agence (d’environ 15 personnes). Les commerciaux ont une formation en référencement, et s’informent régulièrement des nouveautés du métier. Le cas échéant, si un dossier est trop complexe pour eux (et pas uniquement pour les grands comptes), ils font intervenir un responsable du service référencement et/ou un chef de projet. Le but n’étant pas de vendre une prestation, mais d’établir une véritable relation commerciale s’inscrivant sur le long terme (pas de tacite reconduction, les résultats doivent permettre le renouvellement, pas le contrat…) . Le suivi mensuel met en avant le taux de conversion, pas le nombre de visites…

    Certes il y a des escrocs et des agences peu scrupuleuses, mais attention à ne pas généraliser, c’est ni plus ni moins la même choses dans tous les secteurs d’activités.

    Comme pour tout ce qui nécessite un certain budget, il ne faut pas s’arrêter à un seul prestataire, ni à un seul critère de sélection…

    Tu peux être indépendant et être un escroc, être une agence et faire de la qualité, et vice-versa …

  25. Bonjour à tous,

    Rien ne vaudra jamais plus que des témoignages clients…

    Surtout s’ils sont nombreux. Et dans ce domaine, il y a de quoi faire.

    La bonne idée serait de monter une structure ( forum, blog, réseaux sociaux, … ) dédié seulement aux prestataires en référencement ( témoignages de clients heureux et mécontent, le tout avec preuve par contrat, relevés Analytics, … )

    Incluant un comité de défense des utilisateurs face à la mauvaise foi croissante de certaines boites de référencement !

    A quand une régulation dans le milieu ?

  26. moi ce que je prefere c’est le coup des 10000 annuaires. Ca c’est de la visibilité ! Treve de plaisanterie, oui la connaissance du metier de l’interloctureur est aussi primordial que la technique. L’interet est de referencer sur ce qui contribura a son CA (c’est le meilleur moyen de fideliser le votre)

  27. Bonjour, Il faudrait plus de transparence sur les contrats de référencement, surtout en ce qui concerne les liens faits, backlinks, stratégie de netlinking, etc.

    Déjà qu’il n’y a jamais de garantie de positionnement ( qui pourrait garantir quoi que ce soit d’ailleurs ), qu’au moins nous puissions avoir une vue sur le travail « réellement » fait par une boite de référencement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *