Le no-follow n’est plus !

abandonne le Nofollow : fin du sculpting et retour aux fondamentaux souhaités par Matt Cutts. Panique à bord ou changement de stratégie pour les webmasters ?

Je vous avez déjà parlé de l‘attribut nofollow, qui permettait de faire un lien sortant interne (dans son propre site) ou externe (vers autre un site) en indiquant aux moteurs de recherche qu’ils ne devaient pas prendre en compte la transmission de popularité (Page Rank, Trust Rank)de la page actuelle. Plus gênant, dans Google, la teneur de l’ n’était plus prise en compte en cas de nofollow.
Si l’idée originelle était de limiter l’impact des abusifs (assimilés à du spam) que l’on permettait à des visiteurs de laisser sur une page, une nouvelle d’optimisation (le page rank sculpting) était apparue, pour diffuser idéalement le link juice dans toutes les pages du site.
Pour bien comprendre le fonctionnement du nofollow, je vous conseille la lecture de l’excellent article d’Olivier Duffez sur Webrankinfo (@ Olivier : Bravo pour l’intégration active sur Facebook) avec la subtile métaphore de la bouteille remplie d’eau salée.
Pour résumer : le pagerank est un indice fluide (non stockable) de notoriété plus ou moins concentré (0 à 10).
Un maillage efficace de vos pages web permet une transmission et une répartition du pagerank.
Le nofollow n’empêche pas l’internaute d’accéder à la page, mais le moteur de recherche, qui suit tous les liens, ne doit pas en tenir compte et ne pas transmettre la notoriété de la page mère.

  • Une page avec 100 liens sortants diffuse 1/100 de sa notoriété/popularité  à chacune des pages sortantes
  • Une page avec 100 liens sortants dont 50 liens avec l’attribut nofollow diffusait 1/50 de sa notoriété/popularité à chacune de pages sortantes autorisées, et rien aux pages dont le lien était frappé de l’attribut nofollow
  • Aujourd’hui, et il semble que c’est la cas depuis un petit moment le nofollow n’est plus pris en compte par Google donc une page avec 100 liens sortant dont 50 avec l’attribut nofollow diffuse 1/100 de sa notoriété/popularité au 50 pages,  (Petit rappel : on ne peut pas stocker le pagerank, c’est un fluide) donc dans le cas qui nous occupe c’est la moitié de la popularité/notoriété transmissible qui va être perdue, gachée,  pour une bonne cause (on sait pas encore ce qui va advenir du pagerank non diffusé !)

Pour aller plus loin, je vous conseille l’interview de Matt Cutts  sur le pagerank sculpting : on en revient aux fondamentaux :

  • du contenu (la plupart des sites qui utilisent le nofollow briment les apporteurs de contenu,
  • pas de tentatives de manipulation de l’algo,
  • réserver le nofollow pour les pages techniques du site (contact, login, panier)
  • on laisse le dieu Google gérer

L’édition de sites internet devient donc un réel challenge, où les liens sortants vont toujours compter, non plus dans la transmission d’un indice mais dans l’exposé d’une démarche d’information plus orientée, plus précise.

Il ya certainement des manipulations techniques qui permettront d’effacer des liens à la vue de Google, il suffit pour cela de se replonger dans les à ne pas commettre pour optimiser son site, mais bon, est-ce réellement utile !

Par exemple : on pourrait maintenant travailler certains liens en javascript, jouer avec une bonne petite redirection que Google ne peut pas suivre ! … ne pouvait pas suivre, car depuis une dizaine de jours, Google a annoncé qu’il prenait désormais en compte les liens javascript du type onclick(). Si ces liens sont pris en compte, il y a donc transmission du pagerank et malheureusement pour certains la détection de petites manipulations honteuses !

C’est des petits futés chez Google, ils annoncent d’abord la prise en charge du javascript, en réaction, je crois que pas mal de webmasters se sont jetés sur le nofollow, et bim Google supprime le Nofollow !

Plutôt que de perdre du temps à suroptimiser (pour ne pas dire tenter de manipuler l’index des moteurs de recherches), il vaut mieux travailler sur son contenu, au moins ça, les moteurs en auront toujours besoin !

Donnez une note

2 thoughts on “Le no-follow n’est plus !

  1. Je me demande pourquoi Google n’a pas modifié sa prise en compte du nofollow uniquement sur les liens internes. Après tout c’est surtout avec ceux-là qu’il y avait des « abus » de sculpture de PR

  2. Bonjour Olivier,
    C’est un réel plaisir que de te lire « chez moi » !
    Je pense que depuis un an, on assiste à une exigence de transparence de la part de Google : url rewriting (septembre 2008), liens javascript (annonce en juin 2009, mais mise en place bien avant), abandon du Nofollow (juin 2009, mais mis en place il y a un an) !
    Pour ce qui est du Nofollow, j’ai, lors de mes formations, une position un peu agressive : le PR est attribué à une page, cette page s’inscrit dans une dynamique sémantique (avec des liens internes ou externes, entrants et sortants). Mettre un Nofollow, c’est mettre un frein (et souvent pour une mauvaise raison). De plus, si l’anchor text n’est pas pris en compte en cas de Nofollow, alors cela nuit à l’indexation d’un contenu global (follow + nofollow).
    Je peux comprendre que sur certains liens sortants internes le Nofollow soit utile, mais, d’un autre côté, ça fait partie de ces conditions de formes dont certains abusent pour artificiellement gonfler la popularité d’une page sans intérêt !
    Ensuite, il y a maintenant de plus en plus de contenu sur-optimisé (pour rester poli) sur Internet, limiter ces options de formes va surement permettre aux moteurs d’avoir une cartographie plus complète et plus réaliste !
    Maintenant, comme toute réaction de Google, il s’agit, pour eux, de se prémunir contre les abus et pouvoir faire face efficacement à la concurrence, par contre on a un black out complet sur les autres moteurs à ce sujet ?
    Par contre, ce qui m’amuse beaucoup, c’est la distillation des infos au compte-gouttes pour des modifications en ligne depuis un bon moment, et à chaque fois la réaction révolutionnaire des webmasters !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *