La fronde antigoogle ?

Lu ce matin sur webexpertiz.com, un article d’Erik Nicolas (aka Munchausen) suggérant d’envoyer sur les roses (si, si, c’est un parfait synonyme du titre qu’à utilisé Munchausen). Cette lecture a le mérite de vous faire entrevoir ce qui peut vous arriver si un jour se lassait de votre site ou que vous puissiez plus suivre la course au référencement (blessure ou dopage 😉 ).

Google est l’ami de celui qui cherche, mais en aucun cas de celui qui veut être trouvé !

On peut faire un parallèle avec les licences OGM et la privatisation du vivant : Google a réussi le tour le force à s’imposer et effacer toutes concurrence, avec un moteur performant, des outils gratuits et pas mal de communication :

  • Il est simple de référencer son site sur Google,
  • Simple d’avoir des analytics performantes avec Google Analytics,
  • Simple de monitorer son site avec GWT
  • Simple d’intégrer une régie publicitaire avec Google Adwords
  • Simple d’essayer de tirer des revenus de son site internet avec Google AdSense.

Simple de travailler le #1 mais risqué sur le long terme, car Google ne travaille que pour Google, et effectivement il efface toute information potentielle permettant à une entreprise d’exister en son sein, sous le prétexte de mieux servir ses visiteurs.
Il est certain que Google malmène ses contributeurs qui font le maximum pour être bien placés (Google a dit : arrêtez les mots clés, Google a dit : pas de site en full flash…).
Diversifier les sources « d’entrée » est un excellent réflexe à avoir dès le début du process, ce qui permet de ne pas se laisser griser par les progressions des stats proposées par … Google.

Il est certain qu’il ne s’agit pas de vouloir tout à trac abandonner Google et le laisser pour compte mais promouvoir son site des moyens alternatifs pour avoir d’autres portes d’entrée. Il est sûr que le travail du « vrai » référenceur dépasse le cadre de Google, ce que devraient comprendre tous les clients assaillis par les mails : travailler votre référencement, soyez n°1 sur Google.

Maintenant, en formation, j’ai vu des stagiaires prêter à Google les caractéristiques d’un Etat ou d’une religion capable de gérer le Bien et le Mal, suivre le raisonnement proposé dans l’article reviendrait à accorder à Google la place qu’il mérite : celle d’un simple moteur de recherche dont on pourrait se passer.

Et surtout garder à l’esprit que Google n’est pas parfait et que si un clou chasse l’autre, laisserez-vous Facebook vous faire la même chose que Google ?

Donnez une note

3 thoughts on “La fronde antigoogle ?

  1. Bonjour

    Excellente et claire analyse dans cet article.

    Merci pour la citation

  2. C’est vrai qu’on aimerait ce passer de google…. pourtant quand on voit l’incidence sur le chiffre d’affaire d’un positionnement dans les 3 premiers et l’augmentation journalière des autres clients (au point de trouver les autrs mode de promo anecdotiques) on se dit qu’on est bien content de lui avoir fait la cours même si on y a laissé sa vertu …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *